Accès rapides

Tribunes politiques

Tribunes Libres - Mars 2022

Expression groupe minoritaire « Bihartean, Demain Bidart »

PARKINGS DES PLAGES PAYANTS : UNE MANNE DE PLUSIEURS CENTAINES DE MILLIERS D’EUROS.

Dire que Bidart est saturée par la circulation automobile en été est une évidence. Lors du conseil municipal du 7 février, le maire a demandé de voter le principe du paiement pour 10 parkings publics dès cet été, dans le but d’inciter à la mobilité douce pour accéder aux plages.

Les chiffres sont édifiants : 300 000 touristes, 2 millions de visiteurs, 10 000 véhicules en stationnement par jour en juillet-août. Les parkings publics débordent, les voitures sont garées dans les rues. Les parkings payants n’y changeront rien.

Le maire ne manque pas de valoriser son action volontariste. A y regarder de plus près, il s’agit de projets embryonnaires aux échéances incertaines : halte ferroviaire, parking relais, aménagement de la RD 810 pour piétons et vélos, plan vélo intercommunal, vélos en libre-service ; Et ce, alors que les résultats des

enquêtes et études en cours ne sont pas encore connues, analysées et encore moins débattues. Le renforcement du PASS UHABIA offrant la gratuité des bus pour les résidents bidartar nous semble être une des solutions les plus appropriées… problème : il est introuvable sur les sites internet de la mairie, de l’office de tourisme et de Chronoplus qui fait état d’une capacité de 50 000 voyageurs en été pour la navette gratuite des plages.

50 000 places de bus, 10 vélos en libre-service à l’Uhabia. On est encore très loin des 2 millions de personnes à transporter.

Les rapports alarmants du GIEC sur le changement climatique appellent à un changement de comportement. Le maire semble beaucoup miser sur le vélo. Manque de lucidité: seuls les sportifs et les téméraires se risquent à prendre le vélo sur Bidart et la multiplication de circuits sécurisés demandera plusieurs années.

Pour un changement de comportement rapide et massif, la marche ne doit pas être trop haute, sinon on aggrave les inégalités : les personnes

à mobilité réduite ou qui ne peuvent pas payer resteront à la maison, les autres continueront à envahir les parkings en payant… et les rues sans payer.

Nous proposons de multiplier par 10 les navettes gratuites et les arrêts afin de transporter 500 000 personnes sur juillet-août et communiquer intensivement sur le PASS UHABIA. Il est encore temps de mettre en place ce service financé par les parkings, d’ici cet été.

Nous avons fait PASO au premier tour de carte en nous abstenant. Un 2 e vote est prévu pour la politique tarifaire. Nous lançons maintenant un HORDAGO à la majorité municipale : nous demandons que ce vote inclue notre proposition. Le maire a toutes les cartes en main pour gagner cette manche. S’il ne relève pas le défi, pas sûr qu’il gagne la partie de MUS qu’il a engagée…dommage pour la planète.

↘ ISABELLE CHARRITTON, DENIS LUTHEREAU 16/02/2022

Expression du groupe minoritaire Bidart de bon sens

THÉÂTRE PRÉSIDENTIEL

Dans quelques semaines, les élections présidentielles rendront leur verdict. A notre humble échelle, nous aimerions qu’elles permettent de dénouer un paradoxe français : comment un des pays les plus fiscalisés au monde peut-il avoir des services publics qui se dégradent ? A vos copies !

Ce même souci de bonne gestion nous a fait voter contre le budget 2022 de Bidart.

A nouveau, l’argent y coule à flots, entre autres grâce à la taxe sur les transactions immobilières, une occasion rêvée pour réaliser de beaux investissements durables.

Las, on retrouve des projets calibrés pour être inaugurés 6 mois avant la prochaine élection (le cumul des mandats, un vrai métier !), chipés dans notre programme (un lotissement municipal), ou nationalisés (le centre médical initialement porté par les professionnels de santé).

Ou encore des sommes folles, près de 2 millions d’euros pour le théâtre de 150 places, héritier de la salle de cinéma Family. Celle-ci avait été montée par la paroisse, dans la lignée des salles et patronages d’Anglet, Bayonne, Biarritz, Guéthary, Urrugne … un terrain donné par des voisins, une construction de « castors », des bénévoles pour faire salle comble 50 soirs par an, un vrai succès de culture populaire, de rencontre et de partage. Le modèle s’étant usé, le cinéma a été rétrocédé à la mairie pour une bouchée de pain, et celle-ci ne sait rien y faire d’autre que dépenser 2 millions de travaux, pour passer d’un cinéma de 150 places … à un théâtre de 150 places. Ah, la gestion technocratique !

Après les 10 millions d’euros pour gagner 3 salles de classe, le million du département pour sauver la planète en coupant des arbres à Erretegia, ou bien les trottoirs refaits là où il y en a déjà (alors qu’ailleurs on en manque), Bidart aura multiplié les dépenses qui heurtent

le bon sens, au détriment d’autres actions plus essentielles.

Mais nous ne nous lassons pas de le répéter !

↘ JEANNE DUBOIS, MICHEL LAMARQUE 16/02/2022

NB : nous n’avons pas voté contre le principe du parking payant en bord de plage, une solution éprouvée pour assurer la rotation des véhicules en stationnement. Sachant bien que la rotation des véhicules n’est pas le seul problème car souvent la capacité fait défaut, qu’il ne faut pas toujours culpabiliser les usagers qui seraient ravis de venir à pied s’ils le pouvaient, qu’il serait bon de mieux étudier leurs usages, qu’il faut éviter un report du stationnement sur les rues voisines, ou bien se ruiner à l’achat de parc-mètres, que nous préférons expliquer plutôt que punir, que la « vraie » saison est sur juillet-août, etc etc. A confirmer ou non quand le projet définitif nous sera proposé.

Dernière mise à jour : 07 mars 2022

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?